Attentats : amélioration du dispositif d’urgence pour les soins aux victimes et l’information des familles

Terrorisme

Crédit photo : Chudenice-Wikimedia-commons

Un an après les attentats terroristes de Nice, les médecins de premier recours ont réfléchi à de nouveaux modèles d'intervention, de formation et de coopération pour sauver encore plus de vies.

Le 13 novembre 2015, Paris a été le théâtre de multiples attaques terroristes de masse, entraînant la mort de 137 personnes et blessant 413 personnes. Le 14 juillet 2016, la France a été ciblée à nouveau dans l'attaque de Nice au cours de laquelle un terroriste a délibérément conduit un camion réfrigéré dans la foule qui célébrait le jour de la prise de la Bastille, entraînant la mort de 87 personnes et blessant 458.

Partant des procédures définies avant les attentats et évaluant les moyens qui ont été effectivement nécessaires pour traiter l'afflux de blessés, les médecins de premier recours ont proposé de nouvelles mesures qui ont été publiées dans la revue The Lancet le 26 juillet 2017.

Ils préconisent notamment l'adaptabilité des plans, le transfert de techniques de soins militaires dans le contexte civil, des exercices de simulation, et le développement de la recherche. S’appuyant sur leurs travaux, un nouveau dispositif doit couvrir l’ensemble du territoire français.

Des cours de réanimation en ligne

La formation des chirurgiens, des anesthésistes, des médecins d’urgence a été renforcée par les équipes militaires optimiser les interventions lors du tri des victimes ou des soins en zone dangereuse, en réanimation et en chirurgie. Ces démarches ont notamment abouti à un cours disponible en ligne sur demande pour les équipes via la plateforme du Service de santé des armées français. Des facultés ont déjà intégré cet enseignement et sa généralisation est attendue pour la prochaine année universitaire (2017-2018).

La formation sera aussi élargie aux médecins généralistes et sera dispensée en formation initiale à tous les futurs praticiens. Il sera aussi nécessaire de compléter la formation des équipes hospitalières sur certains points, tels que la prise en charge d’un grand nombre de victimes pédiatriques ou encore la réponse à l’utilisation d’armes chimiques qui peuvent produire de très nombreuses victimes.

Une coopération renforcée entre les différents corps

Sur le terrain, une coopération étroite entre les forces de l’ordre, les équipes du SAMU et des Pompiers est maintenant considérée comme indispensable. Elle permet à la fois la neutralisation rapide de la menace, mais aussi une prise en charge adaptée des victimes atteintes d’hémorragies massives. Elle se concrétise par l’intervention, à proximité immédiate des zones de combat, de secouristes entraînés, protégés, appartenant à la police ou aux pompiers. Cette technique d’extraction des victimes et de secourisme « sous le feu » a fait l’objet de formations spécifiques.

Il apparaît aussi que les grands centres hospitaliers, se sont adaptés à la prise en charge d’un afflux de blessés graves. Il faut maintenant que les hôpitaux de l’ensemble du territoire national puissent s’organiser pour faire face à de telles éventualités, y compris dans les zones où la densité médicale est beaucoup plus faible. Ainsi, dans les hôpitaux généraux, les équipes de bloc opératoire doivent maîtriser le principe du « Damage Control » chirurgical (qui consiste à réaliser une chirurgie d’urgence de courte durée pour stopper l’hémorragie puis à intervenir de nouveau un jour plus tard). Dès 2013, l’importance de disposer d’un protocole de soins et de matériels adaptés aux blessés par armes de guerre avait été anticipée à Paris et a été confirmée par les attentats de 2015. À cette technique militaire sont associées une organisation régionale des soins et une mise en place de transferts inter hospitaliers.

Développement de nouvelles techniques de soins et d’information

La recherche médicale joue aussi un rôle essentiel dans la réponse au terrorisme, avec le développement de nouveaux matériels, de nouvelles techniques de soins et organisations participant à l’amélioration du pronostic.

Des améliorations ont également vu le jour concernant l’information aux familles des victimes. De nouvelles procédures permettent maintenant d’identifier mieux et plus vite les victimes pour informer leurs proches. La réconciliation des outils informatiques pré-hospitaliers et hospitaliers et la mise en place de nouvelles procédures ont été développées pour atteindre cet objectif.

Parallèlement, les moyens de l’urgence médico psychologique ont été adaptés pour permettre une prise en charge précoce d’un plus grand nombre de victimes afin de prévenir plus rapidement la survenue du syndrome de stress post-traumatique.

Enfin, cette analyse souligne l’importance d’une coopération médicale internationale pour que tous les pays visés par le terrorisme puissent partager leurs expériences et ainsi intensifier leur préparation. Depuis novembre 2015, les échanges avec les médecins des services d’urgence d’Allemagne, de Belgique, du Danemark, des Etats-Unis, d’Israël et du Royaume-Uni se sont multipliés et ont été riches d’enseignement.

Les auteurs insistent dans leur conclusion sur la nécessité d’inscrire cette réponse médicale au terrorisme dans la durée. Son amélioration constante permettra à la fois de sauver des vies et de démontrer la détermination des équipes à faire face à cette agression.

*Le groupe d’étude est composé de praticiens de l’AP-HP (Samu 75 et Hôpitaux Pitié-Salpêtrière, Necker et HEGP), du Centre hospitalier universitaire de Nice, de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris et du Service de Santé des Armées (Ecole du Val-de-Grâce) et d’enseignants des Universités Paris Descartes, Pierre et Marie Curie et Nice Sophia Antipolis.

Pour en savoir plus : cliquez ici.

La rédaction avec Réseau-CHU

Publi-reportage

M-Bloc Dianesthésie, une solution qui libère du temps médical et sécurise la prise en charge patient
M-Bloc Dianesthésie, une solution qui libère du temps médical et sécurise la prise en charge patient

Publireportage

Crédit : DR

Leader en e-santé, Maincare Solutions s’est associé à Bow Médical pour créer M-Bloc Dianesthésie, un logiciel qui assure la continuité informatisée des soins entre le pré, le per et le post-anesthésie. Entretien avec le médecin anesthésiste Horatiu Popescu qui, a mis en place cette solution dans le bloc opératoire de l’Institut de Cancer de Montpellier (ICM).

En pratique

Arrêts cardiaques au bloc : des situations moins critiques

Arrêts cardiaques

Crédit photo : NG

L’arrêt cardiaque au bloc opératoire, s’il reste un évènement anxiogène, a vu son incidence diminuer et son pronostic s’améliorer dans les dernières décennies. Le point avec le Dr Adrien Bouglé, de la Pitié-Salpêtrière.

Actualités produits

Accelerate Pheno, le premier test rapide de sensibilité phénotypique entièrement automatiséAccelerate Pheno, le premier test rapide de sensibilité phénotypique entièrement automatisé

Crédit photo : Accelerate Diagnostics

Accelerate Diagnostics, Inc. est une société de diagnostic in vitro qui développe et fournit des solutions destinés à relever le défi mondial de la résistance aux antibiotiques et des infections nosocomiales.

"L'Ellrodt" actualisé

Crédit photo : DR

La nouvelle édition de "l'Ellrodt" vient de paraître. Avec plus de 55 000 exemplaires vendus à ce jour, le "Ellrodt" reste la référence incontournable des internes et des praticiens hospitaliers.

Dräger présente son nouvel incubateur Babyleo TN500 pour les soins néonatalsDräger présente son nouvel incubateur Babyleo TN500 pour les soins néonatals

Crédit photo :Dräger

Le nouvel « IncuWarmer » Babyleo TN500 de Dräger offre une thermorégulation très fiable en soins ouverts, fermés et intermédiaires.